IVe siècle

303

# – Altin et Potentien, deux des compagnons et disciples du Christ, et conduits par Savinien de Sens, se rendent à Chartres en droite ligne de Rome (règne de l’Empereur Claude) , envoyés en mission par l’apôtre Paul dans un but d’évangélisation .

312

# – Rome autorise le culte chrétien partout en Gaule. Les évêques délimitent les diocèses dont le découpage administratif existe encore de nos jours. Les domaines gallo-romains ne sont plus que souvenir car ces ensembles de population deviennent villa (ville). Construction d’églises, le mot église signifiant assemblée du peuple chrétien . Le premier sanctuaire chrétien est alors démoli au tout début du IVe siècle, puis reconstruit en 313 par Castor, évêque de Chartres, sans doute un modeste bâtiment, sans doute un oratoire sous le vocable, semble-t-il, de Notre-Dame.

A l’évidence, la christianisation connaît des moments difficiles pour s’établir, face à une certaine réticence qui entretient le culte des divinités qui reste ancré dans la mémoire populaire.Certains éléments de l’histoire sembleraient préfigurer l’existence d’un certain Aventin, apparemment druide d’origine carnute, qui aurait pu être le premier évêque d’Autricum.

350

– Premiers effets de l’évangélisation à Chartres.

395

#– Chartres devient un siège épiscopal, abritant la cathèdre, siège de l’évêque soit Valentinus (Valentin),ou l’évêqueSaint-Martin-de-Tours considéré comme l’un des principaux saints de la chrétienté partageant sa cape avec un pauvre transi de froid. Il doit sa célébrité à ce geste humain. Une sorte de légende prétend que la cape serait à l’origine du nom Capet désignant les Capétiens. Un autre miracle lui aurait été attribué lorsqu’il redonne la vie à un enfant. Sur le lieu du miracle, une église a été édifiée à cette occasion ( emplacement rue Saint-Martin ) du nom de Saint-Martin-le-Viandier ( du latin médiéval vivandarius signifiant donne la vie ) et démolie à la Révolution. A partir de cette époque, le culte marial ne cesse de croître : on y vénère une statue, la Vierge noire, d’origine mystérieuse et détruite par la suite. L’église est en quelque sorte une basilique consacrée à la Vierge Marie, et les eaux miraculeuses du puits ou prétendues comme telles sont vénérées. L’évêché devient l’un des plus importants des Gaules. Les miracles, parfois issu de rumeurs ou d’affirmations, de croyances également ont toujours attiré et attisé les foules.

La langue gauloise évolue reposant sur de nombreux barbarismes et des différents dialectes , base d’une future langue romane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *