Entre 2 000 et 1 200 ans avant Jésus-Christ

# – Dans un premier temps, l’implantation celte est parcellaire dans une terre que ses membres découvrent. L’immensité des terres beauceronnes est alors cultivée par une population éparse composée avant tout de gens de la terre, peuplade qui doit alors faire face à des assaillants déterminés et conquérants. Pour autant, ces hordes avancent à l’aveugle avec pour objectif les cours d’eau comme les fleuves se laissant entraîner vers l’inconnu, avec ce besoin de franchir des mers pour aller conquérir des terres lointaines ou plus proches. Ils avancent sans rien connaître car à l’époque, pas de cartes ni rien qui soient en mesure de les guider. Que certains d’entre eux se soient fixés sur nos terres, rien n’est exclu, mais leur petit nombre les rend discrets du moins pour le moment. Une population sans doute hétéroclite sans gouvernance particulière. Raisonnablement, on peut les considérer comme les premiers véritables défricheursde la terre de Beauce dont on dit, à tort, qu’elle était entièrement couverte de forêts. Que des parties boisées aient existé, rien n’est exclu, mais les terres cultivables, en majorité ce qui en fait tout l’intérêt, sont exploitables pour en tirer parti. L’envahisseur est certainement conscient de la richesse terrienne. Le blé en sera l’approche complété par l’élevage rendu indispensable dans l’alimentation.

Vers 280 avant Jésus-Christ, 

# Début de la sédentarisation Une implantation celtique qui aurait demandé un temps assez long, avant que ces peuples de l’Est se fixent, avant-première de la naissance de la France, en réalité une Europe qui est conquise par les Celtes d’abord par l’est ensuite l’ouest, terre privilégiée par l’abondance des terres à cultiver. Bien d’autres guerriers venus aussi bien du nord que de l’est, vont s’y ajouter de même en Italie, Espagne, et bien d’autres contrées. Les Celtes sont, pour partie, notre ascendance dont ils sont la composante principale.

Les Celtes à l’appellation plutôt moderne, vont devenir les premiers Gaulois les distinguant de la race celtique dont ils sont issus, de rudes combattants, des paysans, des créateurs d’un monde qui se modernise, crée, initie. Les escarmouches vont commencer surtout avec l’Italie voisine. Ces Gaulois de la première heure voudront aller conquérir Rome (l’épisode des oies du Capitole).

L’univers des Carnutes (Chartres) couvrant tout l’Orléanais comme celui des Durocasses (Dreux) dont ces derniers sont issus, commence à se dessiner. Nos vrais ancêtres vont en quelque sorte régner en maîtres, agitateurs nés eu égard au nombre de tribus qui vont s’installer dans la France entière, pierre d’achoppement de notre civilisation en devenir.

Pourquoi Carnutes ? Carnute voudrait-il signifier gardien de l’autel symbolisé par le mot celte : carn qui couvre également un amas de pierres. Une autre théorie tendrait à prendre en compte celui de carnus, carnos ou carnon attribué à une trompette. D’où carnyx, instrument encourageant les combattants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *